Un "libéralisme aristocratique" ou un "socialisme éclairé" ?

ARGENSON (R. L. de Voyer de Paulmy, Marquis d') Considérations sur le Gouvernement ancien et présent de la France, par M. le marquis d'Argenson. à Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, 1765, in 8°, de VII-312 pp., demi-veau bleu 19e, dos entièr. orné genre 18e, qq. rares rousseurs sinon bel exemplaire. (provenance : Paul Darblay, maire de Corbeil, avec cachet ex-libris du château de Saint-Germain-lès-Corbeil)

EUR 500.00

Considérations sur le Gouvernement ancien et présent de la France
click to zoom

3e édition. L'ouvrage fut très sérieusement condamné et M.M. Rey publia au moins 3 éditions durant les années 1764-1765. D'Argenson, ancien ministre des Affaires étrangères de Louis XV, proche des "philosophes" et de Voltaire, était un partisan du libéralisme, mais une sorte de "libéralisme aristocratique". Selon (Mornet, Origines Intellectuelles de la Révolution Fr.) "En matière sociale et politique les idées de d'Argenson sont à la fois hardies, brutales et timorées.... (il) tend vers une sorte de socialisme imposé et surveillé par une aristocratie qui n'en prendrait que ce qu'elle voudrait". Et selon (Weurlesse) "Sa doctrine économique a de nombreux points communs avec celles des physiocrates. S'ils ne reconnurent pas en lui un précurseur direct, du moins ils lui adressèrent les mêmes éloges qu'à Gournay ". ¶ INED 87 - Stourm 107 - Higgs 3368 - Lichtenberger Socialisme au XVIIIe pp. 93-103. - Manque à Kress et Einaudi.

Item ID: 20127



Site by Bibliopolis