Les pouvoirs de la baguette de coudrier

[CHAUVIN (Pierre, médecin)] Lettre à Madame la marquise de Senozan, sur les moyens dont on s'est servy pour découvrir les complices d'un assassinat, commis à Lyon, le 5e juillet 1692. Lyon, chez J. B. & N. De Ville, 1693, in 12, de 120pp. & 12ff. d'explication de certains mots qui pourraient paraître obscurs, ill. d'une figure in t., pl. veau blond époque, dos lisse avec titre en long, encadr. d'un triple filet doré sur les plats, coiffe inf. usée, tache brune en marge du titre sinon bel exemplaire.

EUR 1200.00

Lettre à Madame la marquise de Senozan, sur les moyens dont on s'est servy pour découvrir les complices d'un assassinat
click to zoom

Lettre à Madame la marquise de Senozan, sur les moyens dont on s'est servy pour découvrir les complices d'un assassinat Lettre à Madame la marquise de Senozan, sur les moyens dont on s'est servy pour découvrir les complices d'un assassinat

Très rare seconde édition très augmentée de ce rare témoignage sur la première affaire concernant les pouvoirs de la baguette de coudrier. C'est le fameux cas du sourcier Jacques Aymar. Le 5 mars 1692, un marchand de vin de Lyon et sa femme sont assassinés dans leur cave. L'enquête piétine. Un voisin suggère alors de recourir aux services de Jacques Aymar. Conduit sur les lieux du crime, celui-ci reconstitue l'itinéraire des assassins grâce à sa baguette qui l'entraîne jusqu'à Beaucaire. Là, elle désigne un bossu qui vient d'être arrêté pour un petit larcin. Ramené à Lyon, le bossu avoue être l'un des auteurs du crime. Il est aussitôt condamné à la roue place des Terreaux. Les Lyonnais sont impressionnés, et de nombreux récits louent les pouvoirs du sourcier de Saint-Véran. Désormais célèbre, il est sollicité de toute part, ses pouvoirs fascinent et sa renommée enfle. Les autorités s'en émeuvent. Il est appelé à Paris où la prestigieuse Académie Royale des Sciences le soumet à une série de tests qui le mettent en défaut. Finalement le prince Henri de Bourbon-Condé le dénoncera comme imposteur. ¶ cf. Gilardin, « Un Procès à Lyon en 1692 ou Aymar l'homme à la baguette », Revue du Lyonnais, 1837, p.81. - Caillet n°2299 "très rare, non cité par Brunet" (ne connais que cette 2e édition) - Pas dans Dorbon - Le cat. CCFR recense un premier tirage de 1692 en seulement 69pp.

Item ID: 20321



Site by Bibliopolis