La langue des calculs, ouvrage posthume et élémentaire, imprimé sur les manuscrits autographes de l'auteur, dans lequel des observations, faites sur les commencemens et les progrès de cette langue, démontrent les vices des langues vulgaires… etc. CONDILLAC, E. Bonnot Abbé de.
La langue des calculs, ouvrage posthume et élémentaire, imprimé sur les manuscrits autographes de l'auteur, dans lequel des observations, faites sur les commencemens et les progrès de cette langue, démontrent les vices des langues vulgaires… etc.

La langue des calculs, ouvrage posthume et élémentaire, imprimé sur les manuscrits autographes de l'auteur, dans lequel des observations, faites sur les commencemens et les progrès de cette langue, démontrent les vices des langues vulgaires… etc.

Paris, imp. de Ch. Houel, an VI, (1798), 2 parties en 1 vol. in 12, de 1f. 231pp. 2ff. d'ont l'errata & 1f. 250pp. 1f. pl. basane racinée époque, dos lisse orné, dentelle dorée sur les plats, bel exemplaire. (ex-libris mss. F.L. Barville, officier aux gardes).

Véritable édition originale séparée, et non comme tome XXIII des oeuvres complètes. Cet ouvrage posthume est l'un de ceux qui eurent le plus d'influence sur la philosophie des sciences au XIXe siècle. Comme ses prédécesseurs dans la tradition rationaliste, Condillac regarde les mathématiques et leur langage comme modèle de connaissance. L'algèbre est ici considérée comme un modèle de langage bien fait et de modèle d'analyse. ¶ DSB II,383 - Honeyman n° 745.

Item #21156

Prix: 750.00 €  autres monnaies

Voir tous les articles par ,