Le Grand Oeuvre ou principes de la philosophie hermétique tiré de Raymond Lulle. LULLE, Raymond.
Le Grand Oeuvre ou principes de la philosophie hermétique tiré de Raymond Lulle
Le Grand Oeuvre ou principes de la philosophie hermétique tiré de Raymond Lulle

Le Grand Oeuvre ou principes de la philosophie hermétique tiré de Raymond Lulle

S.l., (début 18e), in 4°, de 175 ff. en partie chiffrés de deux écritures différentes, l'une pour le corps du texte et l'autres pour les notes et ajouts dans le ff. de garde et aussi sous forme de papillons collés en marge, pl. basane mouchetée XVIIIe, dos muet, bel état. Exemplaire du Dr. Lucien Graux avec son ex-libris en tête (n°290 de la vente du 21 mars).

Important manuscrit d'alchimie Lullienne. La notice du catalogue de la vente Lucien Graux stipule : "Ce traité est une adaptation en français des oeuvres hermétiques du grand alchimiste Raymond Lulle dont il n'existe pas de traduction complète en notre langue. L'auteur de ce travail expose les procédés de la chrysopée. Il enseigne la calcination secrète des sept métaux pour en extraire la quintessence, et indique les procédés permettant d'arriver à l'élixir, à la poudre de projection, à la médecine universelle. Ce manuscrit se termine par seize canons ou règles enseignant l'application de l'or potable en panacée à toutes les maladies qui affligent l'humanité. Un canon spécial est même consacré à la guérison des démoniaques" (sic). Le manuscrit est adressé dans ses différentes parties à "Madame Votre Royale Majesté" et une de ses adresses est signée Bernard de la Badie. On relève les chapitres suivants: L'âme de la philosophie naturelle touchant le vray or potable, calcination des métaux, séparation des 4 éléments, congélation, régime de la composition, opérations (jusqu'à la huitième), canons, etc... L’alchimie Lullienne a joui d’un grand prestige dès le XVIe siècle. Toutefois, il y a aujourd'hui unanimité pour affirmer que les textes alchimiques attribués à Lulle ne sont pas sortis de la plume du Bienheureux. Le majorquin Raymond Lulle ne fut pas alchimiste, et il niait la légitimité de la transmutation des métaux. Par contre un pseudo-Lulle, créé de manière habile par certains disciples anonymes des XIVe et XVe siècles, rédigea des œuvres sur la pierre philosophale. Très intéressant manuscrit d'une bonne provenance.

Item #21207

Price: 6,500.00 €  other currencies

See all items in Alchemy
See all items by ,